Articles du Club Sup Mer

 1. Les débouchés Maritimes pour les diplômés de l’enseignement supérieur

C’est par mer que s’effectue 90% du commerce mondial. Pour cela il faut :

  • Des navigants. La création de l’Ecole Nationale Supérieure d’Enseignement Maritime, qui succède aux Ecoles de la Marine Marchande et délivrera un diplôme d’ingénieur, reconnu par la commission des titres.
  • Des navires plus économes en énergie, plus propres, plus sûrs et plus intelligents.
  • La recherche et l’innovation en construction navales seront coordonnées par le CORICAN, avec en particulier un programme industriel « navire du futur ».
  • Des « Supply chain »intégrées, sans rupture entre la terre et la mer. Alors que le trafic containers se développe très rapidement, aucune des grandes entreprises de logistique terrestre ne possède de navires.
  • Des systèmes de navigation et de télécommunications. GPS, Galiléo, Internet, sont des outils aujourd’hui incontournables pour la navigation et le commerce.

C’est de la mer, que provient notre énergie :

  • Le pétrole sera encore longtemps une source importante. Les approvisionnements s’effectuent par mer. L’exploitation des champs off-shore en mer, de plus en plus profonds
  • Les énergies Marines : vent, courants, vagues, thermiques, ont un potentiel énorme. Des études sont en cours pour déterminer les zones les plus favorables à l’installation d’éoliennes en mer, compte tenu des conflits d’usage des espaces littoraux. La technologie est mature et dès 2010 des appels d’offre seront lancés auprès des opérateurs. Pour les autres sources d’énergies marines, les technologies ne sont pas encore matures. Une plateforme est en cours de création à Brest, afin de rapprocher chercheurs et industriels.

La mer est aussi source de vie et de ressources biologiques :

  • La pêche durable est respectueuse de la nature. Les ressources halieutiques ont trop souvent été dilapidées et l’Aquaculture est une branche à développer.
  • Le développement des Nouvelles aires marines,

Le Droit maritime doit développer de nouvelles approches :

  • Pour qu’il n’y ait plus de « rupture » avec le droit terrestre dans les « Supply chain ».
  • Pour régler les « conflits d’usage » inférant à l’installation en mer de champs de capteurs d’énergie.

L’Action de l’Etat en mer :

  • Protéger, défendre l’espace maritime français : lutte contre le pillage des ressources, la piraterie, les trafics, l’immigration clandestine, les pollutions.
  • Fonction Garde-côtes dans la ZEE et Police dans les eaux internationales..
  • Tenue d’un état des mers françaises.